Paris, le 6 octobre 2013

ISDE 2013 – Jour 6
Les Equipes de France Trophée et Junior Championnes du Monde 

Ils l’ont fait ! Les Equipes de France Trophée et Junior sont championnes du monde d’enduro 2013. Même si les tricolores avaient une marge de manœuvre confortable en arrivant aujourd’hui au traditionnel motocross final des ISDE, il subsiste toujours une part de risques dans ce type de confrontation collective. Sur un terrain idéalement rafraîchi par les pluies nocturnes, l’ensemble des pilotes a participé à cette ultime compétition après une longue liaison routière de 50 kilomètres. Après les manches de la catégorie Club, ce sont les féminines qui se sont alignées sur la grille de départ. Puis les garçons des catégories Trophée et Junior ont concouru ensemble, par manche regroupant les classes de cylindrée : E1, puis E2 et enfin E3. La victoire n’était pas un objectif en soi mais deux pilotes se sont distingués aux avant-postes : Loïc Larrieu conclut en 2e position en E2, comme Mathias Bellino en E3. A 16h30, le franchissement du drapeau à damiers par les pilotes français E3 fut synonyme de sacre. Une délivrance et une joie immense pour les pilotes mais aussi pour tout l’ensemble du Groupe France qui les a accompagnés pendant deux semaines. C’est le 5e Titre en Trophée Mondial depuis 2008, et le 3e consécutif pour les Juniors français (2011, 2012 et 2013). 

Equipe Trophée. Photo B. Simon

 Ils ont dit  : 

Frédéric Weill, l’Entraîneur national : «Encore une journée parfaite. Ils ont tous pris des bons départs, sont restés sur leurs roues, ont doublé quand il y avait l’opportunité de le faire. Ils ont gagné, en Italie de surcroît, la logique est respectée.»

Equipe Trophée Junior. Photo B. Simon/ FFM

Frédéric Lambert, entraîneur équipe Junior : «Je remercie nos quatre pilotes pour leurs performances et leur attitude tout au long de cette compétition. J’en profite aussi pour remercier Franck Boulisset, qui m’a assisté auprès des Juniors avec beaucoup d’efficacité pendant cette semaine de course. Je retiendrai de ces Six jours une formidable énergie collective.»

Pierre-Marie Castella, entraîneur équipe féminine : «Cette semaine de compétition nous a permis de savoir quels points travailler à l’avenir. Il y a un déficit de vitesse en spéciales, en comparaison avec les Nations qui sont aux avant-postes en catégorie féminine. En revanche, sur le plan du pilotage en liaison et gestion de la mécanique, elles ont un excellent niveau.»

Equipe Trophée Féminin. Photo B.Simon/FFM

Eric Simon, président de la commission Enduro et Rallye tout-terrain : «L’un des enseignements de ces Six jours, c’est que la relève française est prête avec des pilotes de la trempe de Loïc Larrieu et Mathias Bellino. On a aussi vu qu’un jeune comme Swan Servajean, qui arrive du championnat d’Europe, a progressé tout au long de la semaine. L’autre bilan que l’on peut faire concerne l’organisation du Groupe France, qui a très bien fonctionné. Je pense que d’autres Nations envient le fonctionnement de l’Equipe de France aux Six Jours. Il y a une cohésion parfaite à tous les niveaux. Et les résultats sont au rendez-vous !» 

Classement Trophée Mondial 
1. France 
2. Etats-Unis (+13:17.40)
3. Italie (+17:28.83)

Classement Trophée Junior 
1. France
2. Italie (+6:36.24)
3. Grande-Bretagne (+9:55.09)

Classement Trophée Féminin
1. Australie
2. Etats-Unis (+14:04.75)
3. France (+35:17.87)

Le Service Communication

La petite Zoé est arrivée !

On le sait bien, la moto et les sports mécaniques sont responsables de bien des maux en matière de pollution et devraient être éradiqués…c’est en tout cas ce qu’affirme le lobby écologistes. 

Pourtant, la FFM se montre exemplaire dans ce domaine puisque de nombreuses initiatives pour préserver l’environnement, réduire le bruit et développer les nouvelles énergies sont mises en place. La fédération poursuit ses efforts en la matière en acquérant une voiture électrique, la Renault Zoé. 

Destiné aux déplacements urbains des membres de la fédération, ce véhicule pourra notamment servir pour se rendre aux réunions organisées par le Ministère de l’Ecologie et pendant que nombre de nos détracteurs écolos seront toujours en berline à moteur thermique, les « pollueurs » de la moto seront eux à l’électrique… 

Plus sérieusement, la FFM a prouvé, grâce à un bilan carbone en 2010, que son empreinte environnementale était plus que négligeable et pouvait être comparée à n’importe quel événement culturel ou sportif. Alors, qui montre l’exemple ?  

 

                                                                   Le Service Communication 

Le Conseil Général du Haut-Rhin confirme l'annulation du projet de restriction de circulation !

Com Haut Rhin.pdf
Document Adobe Acrobat 373.3 KB